Une Banque de Ressources Consacrées au Réveil 

Accueil
 
Articles et sermons
Auteurs
Biographies
Thèmes
Réveils

Ressources
Livres
Liens
Traduction
Le Ministère
Vision & Historique
Séminaires
Sentinelle de Prière
Contact
English

 

 

Frank Bartlemen
L'Intercesseur du Réveil de Pentecôte d'Azuza Street (1871-1935)
par Guido Kuiwas

William J. Seymour et Frank Bartlemen sont les deux noms qui sont le plus souvent associés aux instruments qui ont été utilisés pour déclencher le Réveil d'Azuza Street. A bien des égards, ils étaient différents l'un de l'autre mais tous les deux étaient des jeunes hommes qui avaient un désir peu commun de connaître le Seigneur et de voir Sa puissance restaurée dans l'Eglise.

Seymour était incontestablement le conducteur du réveil, et c'est lui qui détenait l'autorité sur terre, mais Bartlemen était l'intercesseur qui détenait l'autorité avec Dieu.

En 1904-1905, Bartlemen commença à désirer ardemment plus de puissance. Il reçut le lourd fardeau de voir le même genre de réveil que celui dont il avait entendu parler au Pays de Galles, qui changea non seulement des individus, mais aussi des villes entières. Plus il travaillait, plus il combattait dans la prière dans le but de voir une telle visitation de Dieu.

A Los Angeles, ainsi que dans de nombreux endroits à travers le monde entier, les curs étaient préparés tout comme l'était Bartlemen. Au temps voulu de Dieu, ils allaient plus tard venir ensemble dans la petite mission fermée d'Azuza Street. Là, ils allaient former ensemble une étincelle qui allait un jour enflammer les nations.

Ceci était un des éléments uniques du réveil d'Azuza Street: il n'était pas uniquement centré sur un seul homme. De même que Paul n'aurait pas pu être libéré dans son appel d'apôtre si Barnabas n'était pas venu le rejoindre, nos propres destinées dépendent souvent de notre humilité à chercher ceux auxquels nous avons besoin d'être joints en vue d'accomplir Ses desseins. Même Jésus se soumit au ministère de Jean-Baptiste avant de rentrer dans Son propre appel. Le Seigneur a conçu ainsi Ses plans afin que nous ayons tous besoin les uns des autres. Plus nous sommes capables de nous humilier pour nous associer à d'autres, plus nous porterons du fruit en définitive.

Le 1er mai 1904, un semblant de réveil éclata dans l'église épiscopale méthodiste de Lake Avenue à Pasadena. Des intercesseurs avaient prié pour qu'un réveil survînt à Pasadena et le Seigneur exauça leurs prières. Bartlemen visita l'église et fut profondément touché. Le fait que l'autel se remplissait d'âmes en recherche l'encourageait à se déterminer à voir le Seigneur agir de la même manière à Los Angeles.

Cette même nuit, il rédigea des remarques prophétiques dans son journal. Il commença à énumérer les futurs dangers qui certainement allaient talonner de près le grand réveil à venir dont il pensait qu'il était proche. Il écrivit que: "Beaucoup d'églises passeraient à côté du réveil parce qu'elles seraient restées dans l'auto-satisfaction."

Leur succès ou leur échec en définitive, écrivait-il, dépendrait du fait qu'elles resteraient ou non suffisamment humbles pour rechercher la grâce de Dieu. Il ressentait que si ceux qui seraient utilisés dans le réveil se laissaient emporter par le sentiment de leur propre importance, cette grande opportunité serait perdue.

Bartlemen écrivit que: "Dieu a toujours recherché un peuple humble. Il ne peut pas utiliser autre chose. La préparation du cur dans l'humilité et la séparation sont toujours grandement nécessaires avant que Dieu ne puisse venir par la suite. La profondeur de n'importe quel réveil sera déterminée exactement par l'esprit de repentance qui est atteint. En fait, il s'agit là de la clé de tout réveil véritable né de Dieu."

Bartlemen lut ensuite le livre de S.B. Shaw, "The Great Revival in Wales" (Le Grand Réveil au Pays de Galles), et le feu allumé dans son cur ne pouvait plus se contenir. Délaissant sa profession séculière afin de se consacrer à plein temps au ministère, il en était arrivé à un stade où il devait soit périr, soit voir le réveil. Il en était si affamé qu'il perdait même son appétit. "L'homme ne vivra pas de pain seulement", déclarait-il à ceux qui se faisaient du souci pour lui.

Dans son cur, Bartlemen avait résolu qu'il était préférable pour lui de mourir que de manquer l'opportunité d'obtenir une grande visitation de Dieu. Il s'était abandonné si complètement au Seigneur qu'il n'avait rien d'autre sur quoi il pourrait se rabattre si Dieu n'agissait pas. Depuis qu'au commencement Jésus a appelé Ses disciples, ainsi a été la nature des piliers sur lesquels Il a bâti Son Eglise.

A longueur de journée, Bartlemen rendait visite aux gens, leur donnant la brochure de G. Campbell Morgan sur le réveil du Pays de Galles. La brochure toucha profondément plusieurs autres personnes. Bartlemen fut en mesure d'inscrire certaines d'entre elles sur une liste pour qu'elles prient en faveur d'une puissante effusion de l'Esprit sur la ville. Son attention se fixait si intensément sur la chose qu'il commençait à se réveiller au milieu de la nuit en élevant des louanges à Dieu.

"J'y allais maintenant jour et nuit, m'exhortant moi-même à avoir foi en Dieu pour voir des choses puissantes", écrivait Bartlemen dans son journal. "L'esprit du réveil me consumait. L'esprit de prophétie venait sur moi avec force aussi. Il me semblait avoir reçu un don bien spécifique de foi pour le réveil. Nous étions à l'évidence au commencement de jours merveilleux à venir, et je prophétisais continuellement qu'une puissante effusion allait survenir."

"Les réunions n'avaient pas seulement lieu jour et nuit, mais souvent toute la nuit. Les gens avaient une passion presque incontrôlable pour le Seigneur, et cela continuait de se répandre. Un autre pasteur de Los Angeles (Joseph Smale) commençait aussi à prophétiser des choses merveilleuses à venir, dont "le retour rapide des dons apostoliques dans l'Eglise." Les gens commençaient à avoir le sentiment que Los Angeles serait comme un type de Jérusalem, où l'Esprit était venu pour la première fois habiter dans les hommes." Peu avant juin 1905, les prières étaient passées de la prière en faveur d'un autre réveil tel que celui du Pays de Galles à la prière en faveur d'une autre Pentecôte.' "

Le 3 juillet 1905, Bartlemen et son partenaire de prière Boehmer priaient dans une salle à Pasadena lorsque le fardeau devint presque insupportable. Ils crièrent comme des femmes sur le point d'accoucher. Lorsque le fardeau se fut apaisé, ils s'assirent juste un moment, appréciant le calme qui les enveloppait. Soudain, le Seigneur Jésus Se révéla à eux, Se tenant debout entre eux deux. Ils n'osèrent pas bouger. L'amour les transperça et ils sentirent comme un feu brûlant les pénétrer. Bartlemen écrirait plus tard:

" Mon être entier semblait s'écouler devant Lui, comme de la cire en présence du feu. Je perdis toute conscience du temps et de l'espace, n'étant conscient que de Sa merveilleuse présence. Je L'adorais à Ses pieds. Cela me semblait être une véritable Montagne de la Transfiguration. Je me perdis dans l'Esprit pur. Le Seigneur ne nous avait rien dit, mais Il avait seulement envahi nos esprits de Sa présence. Il était venu nous fortifier et nous assurer de Son soutien. Nous savions maintenant que nous étions ouvriers avec Lui, des canaux intimes de Ses souffrances, dans le ministère d'enfantement des âmes. Un réel enfantement de l'âme est tout aussi réel dans l'esprit que les douleurs humaines de l'enfantement naturel. La similitude est presque parfaite dans sa similarité. Aucune âme n'a jamais été enfantée sans cela. Tous les véritables réveils du salut viennent de cette manière."

A partir de ce moment-là, le fardeau d'intercession possédait à tel point Bartlemen qu'il jeûnait et priait si fréquemment que sa femme commença à nourrir des craintes au sujet de sa vie. En dépit de cela, il ne pouvait pas se laisser persuader de s'arrêter. Il avait l'impression d'être à Gethsémané avec le Seigneur. L'enfantement de son âme était si intense qu'il pensait qu'il risquait de mourir avant de voir l'exaucement de ses prières. Mais il poursuivit encore ses efforts malgré cela.

Certains commençaient à croire que Bartlemen était en train de perdre la tête. Peu pouvaient comprendre ce qu'il traversait. Toutefois, ceci était l'intercession apostolique qui avait contraint Paul à risquer sa vie; à jeûner, prier et se consacrer à des "veilles" (des nuits entières de prière); à être exposé aux coups, aux lapidations ou toutes les autres choses requises pour l'avancement de l'Evangile. Paul expliquait à tous ceux qui se préoccupaient de toutes les épreuves qu'il endurait: "Et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l'achève en ma chair pour Son corps, qui est l'Eglise" (Colossiens 1:24). Ces paroles revenaient à l'esprit de Bartlemen ravivées de façon croissante.

Aux yeux de "l'homme neutre", une telle consécration radicale semble pure folie, mais elle est fondée sur les "choses de l'Esprit" qu'une telle personne ne peut pas comprendre. Néanmoins, Bartlemen était profondément saisi par les paroles provocantes suivantes de Jésus: "Quiconque voudra sauver sa vie la perdra" (Matthieu 16:25). Et "à moins que le grain de blé ne tombe en terre et ne meure, il reste seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit" (Jean 12:24). Cela lui importait peu de devoir mourir, il voulait à l'heure même un réveil plus qu'il ne désirait vivre.

Bartlemen rédigea ensuite un autre article qui allait produire encore plus de ferveur. Il le concluait avec une prophétie qui allait bientôt s'accomplir: "Des héros vont se lever de la poussière des circonstances obscures et méprisées, et leurs noms seront placés sur les blasons de la page éternelle de la renommée. L'Esprit est en train de couver de nouveau notre pays comme à l'aube de la création, et le décret de Dieu est proclamé: "Que la lumière soit!" Frères et surs, si nous croyions tous Dieu, pourrions-nous réaliser ce qui pourrait arriver? Beaucoup parmi nous ne vivent pour rien d'autre. Une quantité de prières de la foi monte jusqu'au trône de Dieu jour et nuit. Los Angeles, la Californie du Sud, et tout le continent vont sûrement se trouver dans peu de temps en plein dans un puissant réveil, par l'Esprit et la puissance de Dieu." (Way of Faith, 16 novembre 1905)

Après un culte à l'église New Testament Church (avec le pasteur Smale) en février 1906, Bartlemen et quelques autres furent conduits à prier pour que le Seigneur répande Son Esprit rapidement, avec des signes qui accompagnent l'effusion. Ils n'avaient pas à l'esprit les langues, et plus tard déclareraient qu'à ce moment là ils n'avaient même pas entendu parler d'une telle chose ni encore moins pensé à elle.

Source: Global Revival News, Crown House, Borough Road, Sunderland, SR1 1HW, Angleterre

A lire:

Revenir en haut

 


Accueil | Auteurs | Biographies | Thèmes | Réveils | Livres/K7/CD | Liens | Traduction | Sentinelle 24-7 |  
Vision & Historique | Séminaires | E-mail

Copyright 2003. Ensemble Rebâtissons la Maison.