Une Banque de Ressources Consacrées au Réveil 

Accueil
 
Articles et sermons
Auteurs
Biographies
Thèmes
Réveils

Ressources
Livres
Liens
Traduction
Le Ministère
Vision & Historique
Séminaires
Sentinelle de Prière
Contact
English
 

 

 

Charles Wesley
LE CHOEUR DU REVEIL EVANGELIQUE

Méthodistes dans la prison Newgate

La dernière des treize colonies anglaises à être établie était la Géorgie. La colonie était en partie une entreprise philanthropique organisée par James Oglethorpe, destinée à donner à ceux qui étaient tombés dans des périodes dures un nouveau début dans une nouvelle terre. Parmi ceux qui contribuèrent à l'établissement de la première colonie, se dénombraient John et Charles Wesley, envoyés en 1735 comme missionnaires par la Société pour la Propagation de l'Évangile. Charles devait aussi servir de secrétaire au Gouverneur Oglethorpe.

À bord du bateau qui naviguait vers l’Amérique et où se trouvaient les frères Wesley, il y avait aussi vingt-six allemand moraves. Tant John que Charles furent impressionnés par les hymnes chantés de ces chrétiens évangélistes et comprirent pour la première fois que chanter des hymnes pouvait être une expérience spirituelle. Charles tomba malade et resta en Géorgie seulement quatre mois; John resta une année supplémentaire. En 1737, à Savannah, John imprima un Recueil de Psaumes et d’Hymnes destiné à l’usage dans ses assemblées. La moitié des chants avait été composée par Isaac Watts. La communauté n’était pas contente et un grand jury décida d’accuser Wesley d’avoir (parmi d'autres choses) "introduit dans l'Eglise ... des hymnes non autorisés. " John s’enfuit en hâte de la colonie avant que son cas ne fût traîné en justice.

 

La voie de l'autodiscipline

John et Charles Wesley vinrent d'une famille chrétienne; tant leur père Samuel, qui était un ministre anglican, que leur mère Suzanne avaient une forte et pieuse influence sur les garçons. Charles reçut son instruction à Westminster School, et entra dans l'église Christ Church à Oxford à l’époque où son frère aîné John partit aider dans l'église de son père. À Oxford, Charles organisa un "Club Saint" (Holy Club), où les membres se rencontraient chaque soir pour lire la Bible et prier. Charles et ses amis cherchèrent une méthode disciplinée d'amélioration spirituelle; certains ridiculisèrent le groupe et les appelèrent "méthodistes" à cause de leurs manières méthodiques. John retourna plus tard à Oxford et devint le responsable du Club Saint que Charles avait organisé.

 

La voie de la foi

De retour à Oxford, après son bref séjour en Géorgie, Charles se retrouva face à face avec les revendications de Christ; il reconnut que ses engagements religieux précédents avaient manqué de la foi simple en Christ qui caractérise le vrai christianisme. Le 21 mai 1738 marque la date de la conversion de Charles et ce jour-là, il ouvrit sa Bible dans le Psaume 40:3 :"Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, une louange à notre Dieu; beaucoup l'ont vu, et ont eu de la crainte, et ils se sont confiés en l'Eternel." Charles avait en effet reçu un nouveau cantique et le jour suivant il commença son premier hymne, probablement "And Can It Be ? " C'est l’expression d’une puissante et merveilleuse réjouissance dans la liberté trouvée en Christ :

Longtemps mon esprit emprisonné était couché
Attaché par des liens au péché et à la nuit de la nature;
Ton œil a répandu le rayon vivifiant-
Je me suis réveillé, le cachot souterrain a flambé avec la lumière;
Mes chaînes sont tombées, mon cœur était libre,
Je me suis levé, suis allé de l’avant et T’ai suivi.

 

Apprendre au moyen des cantiques

Ce fut là le premier hymne parmi plus de 6500 autres que Charles avaient composés. Pendant des décennies un flot irrésistible de cantiques spirituels se déversait de lui. Charles Wesley, comme Martin Luther, croyait que les hymnes étaient un moyen d'apprendre la théologie. Il composa en moyenne trois hymnes par semaine. Ils couvraient chaque domaine de la théologie aussi bien que chaque période de l'année liturgique.

 

Nouveaux cantiques pour les désespérés

La conversion de John Wesley suivit bientôt celle de Charles et les deux frères devinrent d’ardents prédicateurs. Ils décidèrent que les masses non atteintes entendraient l'Évangile, donc ils prêchèrent partout - dans les champs en plein air, les prisons, aux mineurs de charbon à l’entrée des mines. Cette sorte de chose n’était pas accomplie uniquement dans des cercles d'église respectables d’Angleterre de cette époque-là. Mais le message et la musique de Wesleys atteignirent le prolétariat d’Angleterre désespéré, opprimé et souvent obsédé de gin et quelques historiens spéculent que le ministère des Wesley apporta un changement de si grande portée qu'il est possible qu’il ait permis à l'Angleterre d'éviter une révolution sanglante comme celle survenue en France au cours du même siècle.

En 1780, John publia un " Recueil d'Hymnes pour l’Usage des Gens Appelés Méthodistes " arrangés par catégories théologiques. Beaucoup d'hymnes avaient été composés par Charles. Dans la préface du recueil de cantiques, John célébra l'unicité du travail: " Dans quelle publication de cette époque trouvez-vous une description aussi complète et distincte du Christianisme Scripturaire ? Une telle déclaration des hauteurs et des profondeurs de la religion... Des directives aussi claires pour rendre notre appel et notre élection ... sûrs ? "

Chanter des hymnes était très important pour le réveil évangélique du dix-huitième siècle; les hymnes étaient le moyen tant d'exprimer sa joie que d'apprendre les vérités scripturaires. Les hymnes de Charles Wesley paraphrasaient souvent l'Ecriture Sainte ainsi que le Livre de Prière anglican. Ils étaient toujours pleins de louange et ils continuent de nous enrichir aujourd'hui. Il est difficile d'imaginer un recueil d’hymnes sans les hymnes de Charles Wesley " O for a Thousand Tongues to Sing" (Oh que n’ai-je mille voix), "Rejoice, the Lord Is King" (Réjouis-toi, le Seigneur est Roi), "Jesus, Lover of My Soul" (Jésus, Amant de Mon Âme) et "Hark, the Herald Angels Sing." (Ecoutez, les Anges Chantent).

Remarque
Charles travaillait avec des compositeurs pour faire correspondre convenablement les airs avec ses paroles. Beaucoup de sources musicales furent utilisées y compris des chœurs allemands, des mélodies classiques et populaires et des nouveaux airs des psaumes. Parce que les poèmes de Charles comprenaient plus de 30 modèles de métriques différents, une grande variété de mélodies était nécessaire.

 

Source: GLIMPSES n°29

Lire aussi: Les Hymnes de Charles Wesley par Bethany Meyer.

Revenir en haut

 


Accueil | Auteurs | Biographies | Thèmes | Réveils | Livres/K7/CD | Liens | Traduction | Sentinelle 24-7 |  
Vision & Historique | Séminaires | E-mail

Copyright © 2003. Ensemble Rebâtissons la Maison.