Une Banque de Ressources Consacrées au Réveil 

Accueil
 
Articles et sermons
Auteurs
Biographies
Thèmes
Réveils

Ressources
Livres
Liens
Traduction
Le Ministère
Vision & Historique
Séminaires
Sentinelle de Prière
Contact
English
 

 

 

La Loi du Dirigeant

Par A.W. Tozer

Frank BartlemenOn pousse le bétail; on conduit les moutons; et le Seigneur compare Son peuple à des moutons, et non du bétail. Il est très important que chaque ministre chrétiens connaisse la loi du conducteur - qu'il sache ne peut mener les autres qu'aussi loin que là où il est lui-même allé. Il est physiquement impossible à un berger de mener ses moutons s'il n'est pas devant eux. Pour tenter de les faire entrer dans des pâturages où il n'est pas entré lui-même, il ne peut qu'essayer de les y pousser, ce qui reviendrait à les prendre pour du bétail, et perdre ainsi son caractère de vrai berger.

Un ministre doit commencer par vivre ce qu'il voudrait enseigner, sans quoi il serait comme un berger qui essaie de pousser ses moutons. C'est pourquoi, il doit chercher à cultiver son propre cur avant d'enseigner au cur des autres. Si une bonne connaissance de la doctrine biblique représente pour lui de verts pâturages, il peut, par de longues études et un enseignement soigné, conduire les autres aussi loin qu'il l'a été lui-même, c'est-à-dire, les amener à une connaissance intellectuelle de la doctrine. Mais il lui sera impossible de leur donner une compréhension de cur de ce qu'il n'a pas vraiment vécu. Peut-être cherchera-t-il à les y pousser; et il n'y a rien d'aussi décourageant que de voir un berger confus et irrité, qui use du fouet sur son troupeau, dans le vain espoir de les persuader daller au-delà du point qu'il a lui-même atteint.

Il existe, bien sûr, certaines vérités qu'on ne peut expérimenter. De par leur nature-même, on ne peut que les accepter et y croire. Il en est ainsi, par exemple, des écrits historiques de la Bible, et des prophéties qui ne sont pas encore accomplies, pour le moment. On ne peut que croire à ces vérités comme faisant partie de la révélation rédemptrice des Ecritures. Mais il y a aussi un autre ensemble de vérités qui n'ont de sens pour nous que si nous les vivons. La grâce, la miséricorde, le pardon, la purification, la foi personnelle en Christ, l'obéissance, la croix, la mort à soi, l'habitation du Saint-Esprit en nous, et la marche avec Christ : ce ne sont pas simplement des doctrines auxquelles il faut croire, mais des expériences spirituelles qu'on doit vivre personnellement. On ne peut pas pousser les hommes dans de telles vérités, il faut qu'ils y soient menés par quelqu'un qui les a déjà vécues.

Cette loi du conducteur est démontrée tout d'abord dans la vie du Seigneur. Jamais Il n'a poussé Son peuple; Il le précède, et permet ainsi à ceux qui Le suivent de venir après Lui. Il a souffert aux mains des hommes, et Il peut donc réclamer de Son peuple de souffrir comme Lui. Pendant la durée de Sa vie sur cette terre, il a marché dans la pauvreté, et a fait le bien partout où Il allait; ce n'est donc pas injustice s'Il appelle Ses disciples à vivre dans la simplicité et la frugalité. Il vivait dans le sein de Son Père, même alors qu'Il était ici-bas (Jean 1:18), et ainsi, Il nous a ouvert la voie pour que nous puissions faire de même. Il a porté Sa croix, et Il y est mort, et donc Il est moralement logique que le Nouveau Testament exige de chaque croyant une crucifixion personnelle. Enfin, Il a été ressuscité des morts, et Il est monté dans les lieux célestes, et ainsi, Il a justifié les paroles de Paul dans sa lettre aux Colossiens : "Si donc vous êtes ressuscités avec Christ cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Attachez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu." (Colossiens 3:1-3).

La loi du conducteur nous dit à nous pasteurs, qu'il vaut mieux cultiver son cur que sa voix. Il vaut mieux polir son cur que son éloquence, quoique, si le premier a été effectué avec succès, il puisse nous être profitable de soigner le second. On ne peut pas amener ses ouailles plus loin qu'on ne l'a été soi-même, et il est donc essentiel que nous soyons des hommes de Dieu au plus grand sens du terme.

Ce qui est vrai des prédicateurs reste vrai pour le témoignage de chaque autre chrétien. Chaque écrivain, chaque éditeur, chaque animateur de l'école du dimanche, chaque chanteur, chaque diacre tombe sous la loi du conducteur. Il ne peut pas mener les autres là où il n'a pas été. Tout échec dans sa propre vie sera une perte pour ceux qui le suivent. C'est peut-être à cause de cela que Jacques a écrit : "Mes frères, qu'il n'y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement." (Jacques 3:1).

Référence: The Price of Neglect (Le Coût de la Négligence), chapitre 41, A.W. Tozer

Source: Eglise de Maison

Revenir en haut


Accueil | Auteurs | Biographies | Thèmes | Réveils | Livres/K7/CD | Liens | Traduction | Sentinelle 24-7 |  
Vision & Historique | Séminaires | E-mail

Copyright 2003. Ensemble Rebâtissons la Maison.