Une Banque de Ressources Consacrées au Réveil 

Accueil
 
Articles et sermons
Auteurs
Biographies
Thèmes
Réveils

Ressources
Livres
Liens
Traduction
Le Ministère
Vision & Historique
Séminaires
Sentinelle de Prière
Contact
English
 

 

 

Pandita Ramabai
LA PRIERE FACONNE L'HISTOIRE
par David Smithers

Le feu attise toujours davantage le feu. En 1904, l'un des réveils les plus significatifs de l'époque moderne de l'Eglise balaya le Pays de Galles. Des nouvelles du réveil gallois parcoururent rapidement le globe, ravivant à leur suite des étincelles d'espoir et d'espérance. Très vite, les feux du réveil brûlèrent en Inde, en Chine, en Corée et en Amérique. C'était une jeune femme du nom de Pandita Ramabai qui fut un instrument du réveil en Inde.

Pandita établit un centre pour jeunes veuves et orphelins baptisé " Mukti " ce qui signifie salut ou délivrance. Elle languissait de voir un puissant réveil parmi les veuves démunies et négligées de l'Inde. En décembre 1904, après avoir reçu des nouvelles sur le réveil gallois, sa faim de voir une effusion de l'Esprit s'intensifia. " Elle démarra des groupes de prière constitués chacun de dix filles, les exhortant avec instance à prier pour le salut de tous les chrétiens de nom en Inde et dans le monde entier. Au début, elles étaient soixante-dix dans ses cercles de prière. Elle envoya un appel à la formation d'autres cercles de prière parmi ses amis et ceux qui la soutenaient, en leur donnant une liste de dix filles ou femmes non sauvées pour lesquelles il fallait prier. Au bout de six mois, il y eut 550 personnes à Mutki qui se rencontraient deux fois par jour pour prier en faveur du réveil. " Le 29 juin 1905, l'Esprit descendit sur un groupe important de filles, et il y eut des pleurs, la confession des péchés et des prières pour obtenir un revêtement de puissance. Le lendemain, le 30 juin, alors que Ramabai enseignait à partir de Jean 8, l'Esprit vint puissamment. Toutes les femmes et les filles commencèrent à pleurer et à confesser leurs péchés. Beaucoup furent propulsées à terre sous la conviction de péché alors qu'elles assistaient à leurs cours journaliers ou s'affairaient dans leurs occupations domestiques.

Les cours furent suspendus et les femmes se consacrèrent à la prière continue. Durant ces jours de repentance qui était recherchée du fond du cœur, beaucoup de filles reçurent des visions du " corps de péché " résidant en elles. Elles témoignèrent de ce que le Saint-Esprit était venu en elles dans un saint embrasement qu'elles appelèrent un baptême de feu qui était presque insupportable.

Un autre témoin de ces incidents survenant dans le réveil déclara : " Les filles en Inde, si merveilleusement trempées et baptisées dans le Saint-Esprit, commencèrent à se battre elles-mêmes de façon terrifiante, sous la conviction aiguë de leur besoin. Une grande lumière leur fut donnée. Lorsqu'elles furent délivrées, elles sautèrent ici et là pendant des heures sans fatiguer. Elles possèrent des cris sous l'effet de l'embrasement qui vint en et sur elles, alors que le feu de Dieu brûlaient les membres du corps de péché : l'orgueil, la colère, l'amour du monde, l'égoïsme, l'impureté, etc.. Elles ne mangeaient ni ne dormaient tant que la victoire n'était pas remportée. A ce moment-là alors, elles avaient une si grande joie que pendant deux ou trois jours après avoir reçu le baptême du Saint-Esprit, elles ne se préoccupaient pas de la nourriture. " Dans de telles périodes de véritable réveil, les actions les plus élémentaires du Saint-Esprit devenaient soudainement puissamment intensifiées. La conviction de péché et la joie du salut à la fois étaient en apparence fortement exacerbées.

G. H. Lang, après quelques temps passés à Mutki consacrés à l'observation du réveil, écrivit : " Des petites filles se perdaient pendant des heures dans des transports d'amour pour Jésus et dans Sa louange. De jeunes chrétiens estimaient que c'était un rare privilège de passer de nombreuses heures successives dans la prière d'intercession pour des étrangers qu'ils n'avaient jamais vus ou connus… Lors d'une réunion particulière, nous étions ensemble pendant dix-sept heures; le jour suivant, la réunion se termina par un grand éclatement de joie au bout de plus de quinze heures. " " Le Dr. Nicol MacNicol, le biographie universitaire de Pandita Ramabai rapporta que ceux qui semblaient avoir vécu de telles bénédictions émotionnelles au temps du réveil vivaient encore une vie résolument pieuse vingt années après. "

La vie de Pandita Ramabai représente pour nous un fort encouragement à nous attacher diligemment à la parole d'espérance. Cette précieuse jeune femme armée uniquement d'une vision de Dieu et des nouvelles de l'œuvre fraîche de Christ au Pays de Galles les prit à cœur et s'adonna à la prière comme jamais auparavant. A la lumière de ce que Dieu a fait dans le passé en faveur de Son Eglise, n'avons-nous pas de bonnes raisons d'espérer ? L'Eglise est trop souvent désespérée et sans prière parce qu'elle a oublié les puissantes actions de Dieu. " Ayez recours à l'Eternel et à Son appui, cherchez continuellement Sa face! Souvenez-vous des prodiges qu'Il a faits, de Ses miracles et des jugements de Sa bouche. " (1 Chroniques 16:11,12).

Références:

  • Pandita Ramabai: The Story of Her Life (Pandita Ramabai : l'Histoire de Sa Vie), H. S. Dyer
  • The Flaming Tongue (La Langue En Flamme), J. Edwin Orr
  • Revival Fire (Feu du Réveil), Wesley Duewel

Source: The Watchword

Revenir en haut


Accueil | Auteurs | Biographies | Thèmes | Réveils | Livres/K7/CD | Liens | Traduction | Sentinelle 24-7 |  
Vision & Historique | Séminaires | E-mail

Copyright © 2003. Ensemble Rebâtissons la Maison.